Advertentie
    Nathalie B1 Hebban Recensent

Deze recensie is gebaseerd op de Franse originele publicatie en daarom in het Frans geschreven op deze 14de juli.

Un gros coup de cœur pour ce roman, qui sera publié en néerlandais chez Uitgeverij Cossee en septembre.

Comment la langue française est tellement poétique? David Diop, né à Paris et grandi au Sénégal, mais retourné en France pour ses études , nous le montre de nouveau. Avec son deuxième roman, Frère d’âme en 2018 chez l’éditeur Seuil, il est le lauréat du Prix Goncourt des lycéens, un prix français d’importance. Tout justifié aussi ; ce livre raconte l’histoire de deux jeunes sénégalais qui se laissent recruter pour la lutte de ce pays mère lointain dans les tranchées de la première guerre mondiale. Lorsque le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand, Alfa Ndiaye et Mademba Diop se lancent des tranchées et en attaquant les soldats allemands, Mademba tombe sur terre, blessé, pour ne plus se lever vivant.

Alfa qui nous raconte ce récit est dévoré à cause de la mort de son « plus-que-frère » et de la blâme qu’il ressent pour des multiples raisons, d’abord car il ne peut pas faire ce que son meilleur ami lui avait supplié, de mettre fin à ses souffrances sur le champ de bataille même. Trois fois bibliques, il le refusera à son « plus-que-frère » et ça, il le regrettera de toute sa vie. A cause de cette blâme qu’il ressent, sa volonté de lui venger sur les « ennemis à yeux bleus », le devient ragé et presque fou, jusqu’au point qu’il effraye même ses camarades et qu’il est envoyé à l’ « Arrière », vers l’hôpital militaire. Dans cet hôpital, Alfa parcourt pour le lecteur sa vie de jeunesse, il raconte sur ses parents, comment il a fait connaître son plus-que-frère et son premier et dernier amour.

Dans un style un peu naïf et répétitif mais poignant et poétique, nous apprenons la force de la violence, la haine et l’horreur de la guerre. Le prologue et un grand part du récit se déroulent sur le champ de bataille, ce qui se démontre choquant, décrit très expressivement avec des images très dures et noires. De plus, le colonialisme fait de lui parler par les observations de l’attitude du capitaine et les autres soldats, par la langue et les mots utilisés (les soldats ‘Toubabs’ et ‘chocolats’). Enfin, l'épilogue du livre est élevé jusqu’au niveau spirituel, ce qui rend le roman remarquable, inventif et fascinant.

Reacties op: Verwacht in september in het Nederlands: een mustread

6
Meer dan een broer - David Diop
Jouw boekenplank Jouw waardering
Jouw recensie   Schrijf een recensie
? Bestel dit boek bij Libris.nl Bestel het boek vanaf € 19,99 Bestel het e-book € 9,99
E-book prijsvergelijker